microscope

Comment bien choisir un microscope ?

Le microscope est pour le chercheur, comme les lunettes à un myope. Sans cet outil il ne peut rien faire. Pour ce fait, il lui faut choisir le microscope adéquat correspondant à la nature de ses travaux de recherche et à ses besoins.

Choisir son microscope relève du défi. Il faut considérer plusieurs paramètres essentiels liés à la structure du microscope, mais avant tout, à ses besoins propres.

Penser à ses besoins

Les besoins de chaque utilisateur diffèrent. Il est donc important de déterminer les vôtres. C’est en se basant sur la nature des recherches à entreprendre qu’on peut choisir le microscope qui convient. La nature de l’objet d’étude compte aussi en grande partie dans ce choix.

L’objet d’étude

Pour exemple, une préparation d’assez grande proportion ne nécessite pas le même type de microscope qu’une préparation de petite taille. Un microscope qui n’est pas adapté à chaque circonstance et selon chaque contexte d’étude ne serait pas efficace. Les recherches risquent dans ce cas de manquer d’objectivité, et les résultats de rigueur.

Après avoir défini ses besoins et estimé le montant de l’achat, vous pouvez passer au choix de votre appareil.

Dossier à consulter : Choisir le bon microscope

Choisir selon ces critères

Il s’avère très important de passer le microscope à acheter au crible des critères ou des caractéristiques suivantes : L’oculaire et l’objectif, le type de fixation des préparations et le condenseur, le système de grossissement et l’éclairage.

L’oculaire et l’objectif du microscope

L’oculaire est la lentille qui débute le tube de vue par lequel l’observation est faite tandis que l’objectif se charge de grossir virtuellement l’objet à étudier. Il existe trois différents types d’oculaires. Nous avons d’abord le monoculaire, ensuite le binoculaire, et plus récemment, le trinoculaire qui emploie plus de technologie.

Les deux derniers sont conseillés pour les scientifiques et les chercheurs qui passent du temps en laboratoire. Le premier peut aider à une initiation. Quant à l’objectif, nous en distinguons généralement deux à savoir : l’objectif achromatique et l’objectif plan achromatique. Si le Ipremier aide à la correction des couleurs, le second permet en plus de mieux cerner le contour de l’objet en étude.

Une étude disponible pour choisir son microscope

Le type de fixation de la préparation et le condenseur

Quelle est la manière dont l’objectif doit fixer la préparation ? Il vous revient de choisir entre un microscope avec valet et un microscope avec platine. La première est moins recommandée que la seconde à cause du manque de confort.

Le condenseur quant à lui permet d’orienter la luminosité en éclairant parfaitement l’échantillon. Les plus connus sont ceux de platine et ceux d’Abbé.

Le système de grossissement et l’éclairage.

Pour le système de grossissement, il s’agit de commandes utilisables pour faciliter la mise au point. Ces commandes sont soit séparées, soit coaxiales. À vous de choisir selon votre degré d’expérience. Ce système n’a rien à voir avec l’éclairage.

L’éclairage est souvent situé en dessous ou au-dessus de l’échantillon. Il est halogène lorsqu’il est de couleur jaune. Il est blanc lorsqu’il est LED. Le premier semble plus naturel, mais le second est plus économique et plus durable.

A suivre : Comment entretenir un circuit électrique voiture